TEST – Fans de jeux d’aventure et de fermettes, voici Kitaria Fables

Durée de lecture: 5 minutes

Prenez un soupçon de Cat Quest, mélangez le bien à My Time At Portia et Stardew Valley, voici la recette pour créer Kitaria Fables

Conçu par le studio Twin Hearts et l’éditeur PQube Games, le jeu d’aventure de type action-RPG Kitaria Fables a tout pour plaire avec son design mignon rempli de jolis petits animaux anthropomorphiques et de nombreux donjons remplis de créatures dangereuses.

Bien entendu, d’ajouter des mignons petits chats dans un jeu est une bonne façon d’accrocher son auditoire. Étant fan de jeux RPG et de jeux d’action-aventure, dès le moment où j’ai vu la bande-annonce de Kitaria Fables j’ai tout de suite su que je risquais de m’amuser énormément à ce jeu. Devinez quoi? C’est le cas!

Kitaria Fables

Vous incarnez Nyanza, accompagné de son fidèle acolyte Maracon, deux soldats de l’Empire de la Capitale qui doivent protéger le village de Patoune des monstres qui, après un mystérieux fléau éradiqué, redeviennent à nouveau féroces et s’en prennent aux villages les plus faibles et sans défense.

Une histoire pleine de charme qui passe quasiment inaperçue

Après de longues heures de jeu, je me suis rendu compte que j’avais complètement oublié l’essence même de l’histoire du jeu. Au travers des différents combats pour amasser des ressources qui pourraient éventuellement m’aider dans mes fabrications d’objets et d’équipements et des missions secondaires, vous risquez d’oublier assez rapidement ce que vous aviez à faire. Heureusement, les créateurs ont pensé à ajouter différents éléments qui vous aideront à vous rappeler ce qui doit être fait. Grâce à l’inventaire, le journal des quêtes et la mappemonde, vous pourrez rapidement cibler les endroits où vous devez aller ainsi que la quête à accomplir.

La carte étant composée de petites zones, chacune d’entre elles a sa propre thématique avec ses créatures et, également, un icône qui vous indiquera où vous devez vous rendre pour votre quête. Démunie d’une mini-carte, cela dit, il aurait été bien de pouvoir zoomer à l’intérieur de chaque zone pour y vois mieux ce qui se trouve à l’intérieur. Le journal de quête, quant à lui, explique en détail chaque d’elles.

Des mécaniques quasiment inutiles mais plaisantes

Le jeu Kitaria Fables, comme mentionné d’entrée de jeu, utilise des mécaniques comme l’agriculture et la fabrication d’objets. Bien que le côté « fabrication » soit très utile et important dans le jeu, sans pour autant être fastidieux. L’utilisation de la forge est mise en avant-plan et deviendra une de vos routines de jeu assez rapidement.

Du côté agriculture, je vais être honnête, je n’en ai pas fait beaucoup mis à part les scènes obligatoires provenant des quêtes du jeu. J’aurais aimé me dire que l’agriculture est importante et fait partie des mécaniques clés du jeu, à la saveur de Stardew Valley, mais malheureusement c’est plutôt quelque chose de secondaire qui peut s’avérer totalement superflu.

Une gestion d’inventaire traditionnelle

Qui dit « collecte de ressources » dit forcément « gestion d’inventaire ». C’est le cas, encore une fois, dans Kitiara Fables. Non seulement votre inventaire est elle assez petite mais, comparativement à d’autres jeux de gestion qui vous permet de fabriquer des trucs avec ce qui est déjà disposé dans vos coffres, ici c’est plus traditionnel. Vous désirez fabriquer une arme qui requiert du fer? Assurez-vous de l’avoir en main car sinon vous ne pourrez rien fabriquer du tout. Les coffres étant quelque peu éparpillés partout dans Patoune ou sur les terres de votre défunt grand-père, assurez-vous de vous rappeler à quel endroit vous avez déposé les objets en questions car vous risquez de devoir chercher longtemps.

Un système de combat simpliste mais génial

Bien que le jeu ne propose pas des combats épiques ou des défis très intenses, nous pouvons nous en rendre compte assez rapidement lorsque l’on rencontre le roi des gluants au départ que vous pouvez vaincre aisément, le jeu propose un système de combat très plaisant et également la possibilité de le jouer en coop. L’ayant joué en solo tout le long, je peux admettre qu’il est tout de même très facile à contrôler, peu importe la classe que vous utiliserez et que vous utilisiez l’épée, l’arc ou même la magie.

Les mécaniques de combats sont fort simples : regarder où l’ennemi va frapper, l’esquiver et frapper. Là où la complexité peut se présenter, c’est lorsqu’il y aura plusieurs ennemis autour de vous qui tentent de vous attaquer simultanément.

En conclusion

Le jeu Kitaria Fables est un superbe petit jeu à se prévaloir. Visuellement très attrayant grâce à son style très dessin animé et très coloré, il saura vous charmer par son monde très détaillé, que ce soit de petites zones ou de plus vastes. Chaque zone étant différente de la précédente, les créatures que vous affronterez seront adaptées à celles-ci. La seule chose qui peut être vraiment décevante, c’est le fait que chaque mécanique présentée est super intéressante mais pas implantées à 100%. Oh et la trame sonore! Même si le jeu est visuellement superbe, le jeu ne propose qu’une seule mélodie en boucle et, trop souvent, le bruit de certaines créatures sont étrangement différentes de ce qu’il devrait représenter. Par exemple : les chauves-souris qui hurlent lorsqu’elles vous attaquent sonnent comme des mouettes.

Un énorme « MERCI » à PQube Games pour la copie du jeu!

Kitaria Fables

49.99$
7.6

Graphismes

8.3/10

Trame Sonore

6.9/10

Jouabilité

7.6/10

Scénario

7.7/10

Durée de vie

7.5/10

Pour

  • Graphismes superbes
  • Design adorable et attrayant
  • Combats simples mais efficaces
  • Beaucoup d'objets à trouver

Contre

  • L'agriculture est trop basique et inutile
  • Les mélodies sont manquantes
  • La progression est lente
  • L'histoire est courte

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *