TEST – Horizon Forbidden West amène Aloy à voyager dans un vaste monde ouvert

Durée de lecture: 10 minutes

Rejoignez Aloy alors qu’elle fait face à l’ouest prohibé, une frontière majestueuse mais pleine de dangers qui abrite de nouvelles menaces

La terre est mourante. De terribles tempêtes et un fléau inarrêtable ravage les restes de l’humanité alors que d’effrayantes nouvelles machines rôdent. Sans que personne n’en sache la cause, la vie sur Terre fait face à une nouvelle extinction. C’est le rôle d’Aloy de découvrir les secrets qui se cachent derrière ces menaces, dans sa quête pour restaurer l’ordre et l’équilibre dans le monde. Sur le chemin, elle devra retrouver d’anciens compagnons, forger des alliances avec de nouvelles factions et révéler l’héritage d’un passé perdu tout en essayant de prendre le pas sur un ennemi visiblement invincible.

Une suite grandement attendue

Chaque fois qu’une suite très attendue sort, on a souvent tendance à se demander comment il sera comparativement à son prédécesseur. Horizon Forbidden West, le tout nouvel Action-RPG de Guerrilla Games en fait forcément partie puisque le tout premier, Horizon Zero Dawn, avait placé la barre très haute et ce, même sur MetaCritic avec un solide 89 de MetaScore ainsi qu’une note de 8.4/10 dans le User Score. Ce que les joueurs avaient adoré? Son histoire captivate, ses graphismes à couper le souffle, son gameplay unique et l’environnement magnifique.

Eh bien sachez, cher(ère)s ami(e)s gamers, qu’Horizon Forbidden West devrait, selon moi, plaire à tous ceux et celles qui ont tant attendu l’arrivée de ce nouvel opus de la saga Horizon. Après plus de quarante heures passées dans la nouvelle aventure d’Aloy, sachez que je n’ai qu’effleuré une certaine partie de l’histoire et j’en demande encore plus.

Une histoire riche et complexe

Au début du jeu, vous aurez la chance de revivre l’histoire d’Aloy dans Horizon Zero Dawn au complet dans un bref narratif de quelques minutes. Bien entendu, si vous n’avez pas du tout joué le premier jeu, vous allez avoir le plus grand divulgâcheur sur l’histoire complète du jeu alors, si j’étais vous, je profiterais des multiples moments où Horizon Zero Dawn et son extension, Frozen Wild, sont en rabais sur le PlayStation Store pour jouer cette aventure avant de vous plonger dans sa suite. Bien entendu, vous n’êtes pas obligé d’avoir joué le premier pour vous lancer dans Forbidden West mais, avec le nombre de clins d’oeil et de références qui s’y trouvent, je vous le suggère fortement.

Le jeu suit une fois de plus Aloy, une paria de la tribu des Nora devenue sauveuse d’un monde déchu. Plusieurs centaines d’années après qu’un fléau de robots tueurs ait détruit toute la vie sur Terre, un réseau mondial de systèmes de terraformation et d’incubateurs s’activa, le projet Aube Zéro. Celui-ci, géré par l’Intelligence Artificielle baptisée Gaia, était conçu grâce à un système autonome et neuf fonctions subordonnées. Chacune des fonctions ayant un rôle spécifique pour rendre la planète à nouveau hospitalière ou restaurer la vie. Malheureusement, les machines conçues pour aider à maintenir l’écosystème délicat ont commencé petit à petit à devenir violentes, voire même meurtrières.

Après le récapitulatif narratif, vous allez vite être plongé dans un tutoriel d’environ une heure qui vous fera rapidement découvrir de nombreux nouveaux outils de l’arsenal d’Aloy, allant du grappin et l’ailegide, un espèce de planeur mécanique qui vous permettra de voir à quel point le jeu vise, d’un point de vue physique, à vous proposer un jeu à la fois très vaste mais également verticalement très étendu puisque non seulement vous ferez beaucoup d’escalade et de survol mais également l’ajout de l’exploration sous-marine qui vous permettra, par moment, de dénicher des artefacts très intéressants.

Suite à une mystérieuse cyberattaque, Gaia s’est autodétruite et Aloy devra trouver un moyen de la restaurer et de remettre en marche ses fonctions subordonnées afin de sauver la Terre. Le tout, bien entendu, en plus de devoir affronter de cruelles créatures mécaniques sanguinaires et des tribus aux multiples croyances et façons de vivres totalement différentes.

Horizon Forbidden West est un monde ouvert vaste et sublime

Dans ce jeu en monde ouvert, il est clairement démontré que les gens de Guerrilla Games n’avaient aucunement l’intention de laisser le joueur hors de l’action. Possédant des décors riches et sublimes, ceux-ci sont également remplis de superbes énigmes et de champs de bataille bondés de machines mortes, de pièces détachées, d’herbes hautes pour vous cacher et d’attaquer silencieusement votre adversaire, de poutres afin de planer et planter votre lance dans les entrailles de vos ennemis, de rebords et autres éléments du décor que vous pourriez utiliser à votre avantage ou, bien entendu, à votre désavantage également. Pour infiltrer un campement ennemi, vous pourriez vous faufiler à pied ou essayer de trouver une autre alternative tandis que pour certaines créatures, vous pourriez placer des pièges çà et là et les y attirer furtivement. Un bon chasseur se doit d’utiliser son environnement pour en faire son territoire et ceci, vous n’y échapperez clairement pas.

Bravez les orages, les tempêtes de sable ou de neige et plus encore en voyageant dans l’ouest prohibé, nouvel endroit encore plus coloré et vaste. Muni de votre grappin, cette nouvelle innovation pour vous aider lors de votre escalade, et de votre Focus, le fameux appareil de réalité augmentée qu’utilise Aloy sur sa tempe, vous aurez également la possibilité d’entrevoir les zones que vous pouvez escalader beaucoup plus facilement. Ajoutez à ceux-ci la possibilité, maintenant, de pouvoir faire de la plongée sous-marine et de nager à travers des ruines englouties. C’est clairement une toute nouvelle façon de jouer qui vous permettra de découvrir encore mieux l’univers d’Aloy.

Parlant de ruines, vous aurez la possibilité d’investiguer certaines ruines de l’ancien monde afin de découvrir des artefacts et, encore une fois, des creusets, ces fameuses usines à fabriquer les créatures mécaniques que vous croisez, afin de trouver le coeur de celui-ci qui vous permettra d’apprendre à pirater les machines sauvages.

Des combats très stratégiques

Après avoir joué pendant plus de 40 heures, je suis toujours fasciné par le fait que je doive constamment ajuster mon approche lorsque j’affronte de nouvelles machines, seules ou en troupeaux, plus puissantes ou qui usent d’éléments différents comme le feu, l’acide, la glace, l’électricité, etc. Le retour haptique sur la DualSense ajoute, encore une fois, une autre couche à cette immersion. La tension de l’arc d’Aloy est très satisfaisante lorsque vous tirez chaque flèche vers l’arrière pour un tir, en sentant la tension de la corde vibrer à travers la manette. Lorsque je donne un coup de lance vers l’avant, il y a plus de résistance sur la gâchette en fonction de la dureté de la surface de ce que je frappe, également. Au final, se faufiler dans l’herbe jusqu’à la taille est une sensation différente de se promener sur un terrain découvert.

Le combat dans le jeu accumule de nouvelles techniques d’armes et de combos grâce à vos arbres de compétences, entièrement repensés afin de permettre aux joueurs d’avoir une approche adaptée à son style de jeu, jusqu’à ce que les mécanismes atteignent un niveau de densité intimidant. Certains combos viendront facilement être perturbés par une attaque d’un adversaire ou même par le dénivelé ou un obstacle naturel de la zone dans laquelle vous vous trouvez. Puisque certains combos se brisaient facilement ou parce que les combats rapprochés étaient quelque peu plus intenses, j’ai rapidement opté pour la lance que nous pouvons jeter à notre adversaire, qui se logera dans votre ennemi pour ensuite exploser et faire voler en éclat des parties de leur armure. C’est d’ailleurs une de mes armes de prédilection, tout comme l’arc de précision qui permet d’arracher plus rapidement des pièces nécessaires ou des canons à mes assaillants.

Les détails sont si fins et bien pensés que la moindre hésitation en combat pourrait vous être mortel. Mais ces mêmes détails sont également représentés par les éléments du décor, comme la possibilité de perdre de la vie si jamais vous étiez près de végétation empoisonnée, ou même d’une tornade. Qu’à cela ne tienne, les détails sont tellement minutieux que même, par moment, certains PNJ dans des villages ou sur le chemin vous adresseront la parole ou parleront de vous à d’autres personnes et le titre honorifique qu’ils utiliseront sera différent selon les quêtes que vous avez complétées.

Des quêtes, des quêtes et encore des quêtes

Parlons-en des quêtes, voulez-vous? Le jeu en propose un nombre monstre! Certes, il y a les quêtes principales mais il y a aussi des quêtes additionnelles qui ne sont absolument pas nécessaires mais dont vous ne devriez surtout pas passer tout droit. Certaines quêtes ne vous offriront peut-être que des peintures de guerre pour votre visage mais d’autres vous donneront accès à des armes, des armures, des gadgets, des ressources et, surtout, des points d’expérience afin de pouvoir monter en niveau.

Certaines quêtes seront du genre à “éliminer des créatures” mais, très peu. La plupart seront des quêtes qui vous forceront à détruire certaines parties des machines que vous combattez pour récupérer leurs pièces, de l’exploration de zones et même de creusets, de trouver des PNJ afin de les sauver, de faire la course à dos de montures mécaniques, de jouer à Attakh, un jeu de plateau, et plus encore.

Puisque vous aurez à devoir fabriquer de nouveaux accessoires, certaines quêtes ou même certaines ruines de l’ancien monde ne pourront être complétées immédiatement et vous forceront à devoir revenir dans ces zones ultérieurement. Heureusement, lorsqu’une zone n’a pu être complétée par la présence d’obstacles temporairement insurmontables, celles-ci se notent sur votre carte du monde.

Un visuel sublime et une trame sonore géniale

On ne s’en cachera pas, Horizon Zero Dawn était un jeu dont les graphismes avaient plu à tous les gamers. Datant de 2017, encore aujourd’hui cet élément est difficilement détrônable et ce, même par de grands studios AAA. Force est d’admettre que Guerrilla Games était capable de proposer quelque chose d’encore plus beau autant visuellement qu’au point de vue auditif. Les décors réalistes, remplis de ruines rouillées sur lesquelles des arbres et des herbes poussent, démontrent clairement que la nature a repris ses droits. Combiné à cette trame sonore sublime, relaxante par moment et intense quand il le faut, le travail artistique du jeu est vraiment digne de mention. Les ruisseaux qui s’écoulent, les chutes d’eau, les rivières remplies de saumons, les feux, la façon dont dansent les herbes au gré du vent… absolument tout est dans le soucis des détails. Même lorsqu’Aloy porte des peintures de guerre, vous pouvez percevoir à quel point l’encre est grasse sur la peau de notre protagoniste juste en regardant les reflets de la lumière sur celle-ci, principalement l’encre noire.

Quelques soucis graphiques viennent un peu gâcher le tout

Bien qu’Horizon Forbidden West propose des graphismes à couper le souffle, le problème général des mondes ouverts est souvent des troubles de textures ou d’éléments importants qui ne fonctionnaient pas comme prévu. Mais là où j’ai vu la plus grande problématique n’en est pas une énorme, mais juste assez pour venir gâcher les dialogues, par moment : les yeux des interlocuteurs, principalement Aloy, ont la fâcheuse manie de regarder un peu partout et non l’interlocuteur en question. Il pourra même vous arriver de vous demander si Aloy ne distingue pas des choses invisibles autour d’elle ou qu’elle a perdu sa concentration à suivre une mouche qui la survole. C’est rien de majeur, c’est surtout drôle ou un brin déstabilisant quand la scène se veut dramatique.

Il m’est arrivé aussi, à quelques reprises, d’avoir un genre de flash d’écran ou tout devient noir l’espace d’une ou deux secondes, sans trop savoir pourquoi. Cela dit, la plupart du temps les visuels sont sans accroc et la fusion entre les cinématiques et les plans de jeu offrent des résultats époustouflants.

En conclusion

Mis à part les quelques petits soucis graphiques, je dois admettre que pour un jeu en monde ouvert, je suis énormément surpris de voir à quel point le développeur a tout fait pour éviter que le jeu ne soit trop répétitif. Certaines quêtes additionnelles sont plus plaisantes et amusantes que d’autres tout comme certains dialogues sont nettement moins intéressants que d’autres. La qualité du doublage francophone est très bien, quoiqu’à certains moments nous sentons un clash entre l’émotion que devrait vivre Aloy ou un autre personnage et l’émotion perçue dans la voix mais ça s’arrête à cela.

Comme mentionné plus tôt, j’en suis déjà à environ 40 heures de joué et je crois être loin d’avoir terminé le jeu. Non pas que je veuille le compléter à 100% pour absolument faire toutes les quêtes proposées dans le jeu mais l’exploration est tellement vaste, les quêtes sont tellement abondantes, les différents puzzles proposés sont si riches et les combats qui se dresseront devant vous seront si intenses et enivrants que vous n’aurez pas envie de passer droit et de vous dépêcher de partir du point A au point B uniquement.

Serez-vous un guerrier, un trappeur, un chasseur, un survivant, un infiltrateur ou un maître des machines? Tout cela ne dépendra que de vous, maintenant!

Un énorme “MERCI” à PlayStation Canada pour la copie du jeu!

Nom du jeuHorizon Forbidden West
Date de sortie18 février 2022
DéveloppeurGuerrilla Games
SérieHorizon
ÉditeurSony Interactive Entertainment
Plates-formesPlayStation 4, PlayStation 5
GenreAction-RPG, Aventure
Mode de jeuSolo
LangueMultilingue (Français inclus)

Horizon Forbidden West

89.99$
9.7

Graphismes

9.8/10

Trame Sonore

9.6/10

Jouabilité

9.4/10

Scénario

9.7/10

Durée de vie

9.8/10

Pour

  • Des décors sublimes
  • Énormément d'action
  • Des combats intenses
  • Beaucoup de quêtes
  • De nouvelles fonctionnalités très plaisantes

Contre

  • Certains dialogues
  • Quelques bugs graphiques

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

2 avis sur “TEST – Horizon Forbidden West amène Aloy à voyager dans un vaste monde ouvert

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.