TEST – Les monstres titanesques s’invitent sur la Switch dans Monster Hunter Rise

Durée de lecture: 7 minutes

Monster Hunter est une franchise de Capcom qui a vu jour sur la Playstation 2 en 2004 et, depuis, n’a cessé d’évoluer en nous offrant non pas moins de 15 jeux originaux et 10 spin-off depuis les dernières années

Sorti le 26 mars dernier sur la Nintendo Switch, le tout nouveau titre de la franchise, connu sous le nom de Monster Hunter Rise, ne cesse de faire couler l’encre. Voici donc ce que j’ai pu constater en jouant à ce nouveau titre de Capcom.

L’histoire derrière Monster Hunter Rise

Spécialisé dans la production d’acier de type Tatara, le village de la région reculée du continent, Kamura, a failli être entièrement détruit par un mystérieux événement destructeur il y a 50 ans : La Calamité.

Des hordes de monstres de toutes sortes ont déferlé sur le village sans aucune raison apparente. Malgré tout, il semble que ce soit lié aux agissements d’un redoutable et énigmatique monstre : Le Magnamolo.

De peur de devoir revivre ce type d’événement, Kamura se serait fortifié et les habitants s’entrainent également afin de pouvoir servir d’aide afin d’être préparé à d’éventuels attaques et pour repousser ces créatures féroces.

Une série déjà bien ancrée qui propose du beau contenu

À prime abord, force est d’admettre que les joueurs possédant la Nintendo Switch ont eu droit, en 2018, au jeu Monster Hunter Generations Ultimate pendant que les joueurs PS4, XBox One et PC, eux, avaient Monster Hunter World. Que dire mis à part qu’il était difficile de ne pas jalouser les autres qui avaient quelque chose de nouveau pendant qu’un remaster HD était offert sur la console hybride.

Comment régler le problème? En offrant à la console de Nintendo son propre jeu exclusif, soit Monster Hunter Rise.

Monster Hunter Rise
Rathalos

Certes, comme dans tout jeu de la série, vous êtes un chasseur et votre raison de vivre est d’être dédié à votre village et de protéger ses habitants en éliminant les créatures qui rôdent à proximité, en collectant des ressources et en venant en aide à ceux dans le besoin à la demande de Fugen, l’ainé du village ayant vécu La Calamité, qui ressent qu’une nouvelle attaque se prépare.

En bref, le jeu a ramené le tout en mode « mission des villageois » et « missions du tableau des chasseurs », ce qui est un retour aux sources sachant que ceci était très absent dans Monster Hunter World. Comme à l’habitude, vous pourrez errer dans le petit village et discuter avec les commerçants et les villageois avant de partir à l’aventure. Malgré sa petite taille, le village demeure néanmoins fort sympathique et plaisant à se balader, avec tout à portée de main, sous une superbe trame sonore envoûtante. Ce même petit village rend à lui seul l’ambiance du jeu apaisante et chaleureuse entre chaque chasse, quelque chose que nous ne pouvions retrouver en Astera, dans Monster Hunter World.

L’innovation toujours présente

La série Monster Hunter est reconnue pour être aimé par les gens qui aiment l’adrénaline des combats contre ces titanesques créatures voraces qui feront tout pour vous réduire en chair à pâté. Quel ne fut pas mon plaisir lorsque dans Monster Hunter Rise, il a été proposé d’avoir non pas un mais bien trois familiers qui vous suivent et vous viennent en aide. En premier lieu, le traditionnel Palico, ces petits chats qui apportent leur support via des attaques et des outils qui pourront blesser vos adversaires ou, à l’inverse, prendre soin de vous. Ensuite, les Canynes, ces chiens de combat gigantesques qui combattront à vos côtés et vous serviront également de monture. Finalement, les chouettes vous aideront, quant à elles, en survolant les zones dans lesquelles vous progressez afin de déceler les différentes créatures et les ressources.

À dos de Canyne

L’ajout ultime du combattant : le Filoptère

D’un autre côté, un nouvel ajout très important dans la série est nettement à considérer : le Filoptère. Ce petit insecte rattaché à votre bras vous permettra de vous propulser en hauteur ou vers l’avant pour escalader plus rapidement ou pour traverser les zones sans tracas.

Grâce à ce Filoptère, vous aurez également la possibilité de vous redresser en combat si un ennemi vous projette au sol, vous évitant de devenir une proie facile.

Ajoutez à cela la possibilité d’utiliser la technique liée à votre Filoptère ainsi qu’à chaque type d’arme : l’attaque lien de soie. Cette attaque ultime vous permet de frapper vos adversaires en combinant la frappe de votre arme et du Filoptère.

Finalement, ce même petit insecte vous permettra, par moment, de contraindre certaines créatures pour ensuite pouvoir en prendre temporairement le contrôle pour frapper d’autres adversaires ou pour les clouer au sol pendant quelques instants, vous permettant ainsi de pouvoir même lui porter le coup fatal.

La chasse est ouverte

Grâce à ces nouveaux ajouts, le jeu devient beaucoup plus rapide et chasser les monstres blessés est rendu beaucoup plus rapide, réduisant les potentiels risques de ne pas réussir à chasser une créature gigantesque dans le délai imparti de 50 minutes. Quel plaisir que de pouvoir aiguiser notre arme pendant que nous chevauchons notre Canyne qui course pour retrouver un monstre en fuite!

Prenez les 14 types d’armes différentes, proposant des combats dans tous les styles, et partez à l’assaut immédiatement. Attaquez à distance avec votre arc et les attaques à projectiles, prenez votre Morpho-Hache (mon arme de prédilection personnelle) pour du combat combiné entre attaque contondante et attaque tranchante à courte portée ou prenez une épée large pour frapper durement tout en vous protégeant des frappes adverses des différents monstres.

Parlant de monstres, le jeu en propose non pas moins de 61. Certes moins que Monster Hunter World et son extension, Iceborne, qui en compte 94. Cela donnera comme perspective qu’il y en a très peu mais sachez que les batailles dans le jeu sont toujours amusants et difficiles et, connaissant Capcom, il y aura forcément des mises à jour et des extensions avec du nouveau contenu. Après tout… Monster Hunter World n’avait que 54 monstres au départ.

Le mode multijoueur avec les nouveaux serveurs de Nintendo

Quel délicieux plaisir que de pouvoir jouer à Monster Hunter avec des amis. Partir à la chasse à plusieurs et essayer de trouver une tactique précise pour venir à bout de monstres coriaces grâce à nos différentes compétences. C’est quelque chose que je redoutais, connaissant l’état des jeux en ligne du côté de Nintendo. C’est époustouflant de voir qu’il n’y a pas de lag, de coupure, de désynchronisation ou quoi que ce soit et que le jeu demeure énormément fluide.

D’ailleurs, le mode « La Calamité » est également disponible et ce mode permet de jouer seul ou en multijoueur. Utilisez des machines de combat, que vous pouvez placer judicieusement à des endroits stratégiques sur la forteresse, et combattez des vagues de créatures qui tentent de détruire le village. Parmi ces assaillants se trouveront des monstres supérieurs, plus puissants encore que ce que vous pouvez avoir affronté jusqu’à maintenant.

Comme dans tout bon jeu de ce type, rare est la nécessité de communiquer avec les autres et ce, même s’il s’agit d’inconnus. Certes, il y a des textes préfabriqués qui peuvent être utilisés mais il est rare que ce soit nécessaire.

Au final…

À la fois coloré, fluide et à l’ambiance musicale sublime, Monster Hunter Rise est, selon moi, le jeu ultime que Capcom devait lancer sur la Nintendo Switch afin de gagner le coeur des gamers. Le RE Engine a su décemment démontrer qu’il était adapté pour la console hybride de Nintendo. Roulant à 30 images par seconde de façon stable, il démontre clairement que même Nintendo peut offrir quelque chose qui a du « WOW »!

Oui, les cartes sont plus petites et moins vastes que dans Monster Hunter World, mais l’ajout de l’élément de hauteur rend le tout encore plus… disons-le… vertigineux!

Est-ce qu’il est aussi beau que Monster Hunter World? Non! Il ne faut pas non plus exagérer. Il demeure néanmoins excellent et graphiquement phénoménal par rapport à la console sur laquelle il se trouve. Chaque endroit que vous visiterez est très détaillé, magnifique et complet. Le village de Kamura, à lui seul, saura vous charmer de par ses décors et les différents jeux de lumière.

Par ailleurs, si vous avez envie de vous détendre, laissez-vous bercer par la chanson thème du village : Kamura’s Song of Purification.

Imaginez… je n’ai même pas pris le temps de vous parler des multiples personnalisations que vous pouvez avoir dans le jeu, sans oublier la panoplie d’armes et d’armures que vous pouvez fabriquer ou même rehausser. Ou même des superbes cinématiques qui ont une inspiration énormément japonaise ou même le fait qu’il est super facile pour quelqu’un de joindre votre partie ou même vous de joindre celle d’un ami ou même d’un inconnu.

C’est définitivement mon coup de coeur sur la Nintendo Switch cette année. Je ne pensais pas qu’il serait possible de déloger Hyrule Warriors: Age of Calamity mais force est d’admettre que j’ai été littéralement subjugué par Monster Hunter Rise.

Un énorme « Merci » à Capcom et Nintendo of Canada pour la copie du jeu!

Monster Hunter Rise

79.99$
9.5

Graphismes

9.4/10

Trame Sonore

9.6/10

Jouabilité

9.7/10

Scénario

9.2/10

Durée de vie

9.5/10

Pros

  • Graphismes sublimes
  • Trame sonore envoûtante
  • Action rapide
  • Le mode Calamité est génial
  • Le mode Multijoueur est parfait

Cons

  • L'histoire est légèrement fade

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *