TEST – Lost Words: Beyond the Page est un magnifique jeu qui donne pouvoir aux mots

Durée de lecture: 3 minutes

Qu’adviendrait-il si, dans vos jeux préférés, vous pourriez voir l’entièreté de l’impact de vos gestes autour de vous? Voici ce que Lost Words: Beyond the Page veut vous démontrer

Dans l’univers des jeux vidéo, il y a deux grands médiums : le côté ludique du jeu qui, comme son nom l’indique, sert au pur divertissement et à l’amusement du joueur. L’autre, c’est l’intensité, ce même médium qui vous fera sursauter dans des jeux d’horreurs, vous rendra triste dans une scène remplie d’action avec un dénouement mortel inattendu ou rapidement distrait par une scène lors d’un moment narratif intense.

Voilà ce qui se dévoile de plus en plus dans les jeux vidéo depuis les deux ou trois dernières années et qui prend énormément d’ampleur et d’engouement auprès des gamers de nos jours. D’ailleurs, les consoles de jeux étant plus puissantes et rendant les conceptions de jeux plus permissifs, les développeurs s’amusent de plus en plus à venir chercher toutes nos émotions le plus possible.

Il y a beaucoup de jeux vidéo qui confrontent plusieurs thèmes comme la mort, la guerre, l’amour, la haine, la vie ou même les sports. Par contre, il y a un thème qui a rarement été frôlé par les développeurs et il s’agit du deuil.

Pendant plusieurs années, le deuil était comme un univers tabou. Puis, est venu des jeux comme Gris ou même Spiritfarer (dont j’ai fait le test par le passé et qui a su me tirer quelques fois la larme à l’oeil par le moment où j’ai joué le jeu et l’impact de celui-ci). Leurs façons de montrer ce thème via leur mise en scène étaient tout simplement brillantes!

Lost Words: Beyond the Page saura vous faire perdre les mots

Plateformeur coloré et très différent de ce que nous pouvons connaitre, Lost Words: Beyond the Page a été écrit par Rhianna Pratchett qui a entre autres travaillé sur Mirror’s Edge et la dernière saga de Tomb Raider. Combinant de façon sublime le monde réel et le monde imaginaire, vous êtes une narratrice, Izzy, sur le point de perdre sa grand-mère d’une maladie incurable, qui raconte et fait vivre l’histoire de son journal à une jeune fille que vous choisirez préalablement au début et qui est à la recherche d’un dragon qui a détruit son village natal.

Dans ce superbe petit jeu très coloré et aux aspects enfantins, vous pourrez vivre facilement l’aventure de votre héroïne aux sons de la douce musique et de la voix narrative de la jeune fille qui raconte l’histoire. La partie la plus intéressante est le monde réel mais, ne vous en faites pas, la partie « illustrée » du monde imaginaire s’imbrique très bien et épouse le jeu de superbe façon. Plus vous progressez dans le jeu et plus vous découvrez des mots magiques que vous inscrivez dans votre journal et, grâce à ceux-ci, vous pourrez découvrir des textes ou faire bouger des éléments du décor.

L’histoire, tellement bien écrite, est d’une précision chirurgicale. Chaque mot, chaque phrase et chaque moment est écrit et dicté comme provenant à même la tête d’une enfant avec un langage contextuel, rempli de tristes nuances expliquant le deuil que cette jeune aventurière vit.

Combinez l’histoire fantaisiste et fantastique à des fragments de la vie réelle de cette jeune fille rend la crédibilité du sujet et sa substance si précise et réaliste que c’est sans précédent. Le tout combiné à des écritures et des petits dessins laissés sur les pages pendant que vous avancez dans votre histoire, comme si vous étiez dans l’imagination-même de la jeune Izzy, devant votre petit journal.

Navigant entre les moments réels d’Izzy qui se remémore les beaux moments passés avec sa grand-mère et l’histoire qu’elle fait vivre à votre héroïne, la gardienne des lucioles, vous devrez faire léviter des objets, en réparer d’autres et plus encore et ce, avec une facilité très simple, vous permettant ainsi de vous concentrer sur la petite voix narrative remplie d’émotions qui griffonne, dessine et colorie l’univers se dressant dans le calepin devant ses yeux.

Sincèrement, la direction artistique de ce jeu est juste… WOW! Chaque anecdote apportée poursuit l’histoire, renforce les relations, en brise d’autres et le tout dans un univers d’une jeune fille en pleine croissance spirituelle voguant sur un océan déchaîné d’émotions faisant des hauts et des bas sans cesse. Bien que ce jeu soit rempli de mots et de phrases, les silences semblent être tout aussi cacophoniques tant l’incapacité à s’exprimer vient nous chercher à l’intérieur.

Au final…

Lost Words: Beyond the Page est, sans équivoque, un chef d’oeuvre fantastique qui va vous épater de par son contenu visuel coloré, rempli de textes, de dessins, de couleurs vives et de petits « doodles » mais également par son incroyable côté narratif.

Le jeu n’est pas très long, il m’en a prit six heures pour passer au travers… mais c’est un jeu qui fait extrêmement de bien et qui pourrait, d’une quelconque façon, peut-être même permettre à un jeune enfant de pouvoir comprendre le sens de ses émotions et la façon de les exprimer lorsqu’il se retrouve face au deuil.

Dommage, cependant, que la narration soit complètement en anglais. Heureusement, les textes sont en français mais, sachant que les jeunes ne comprendront pas forcément ce qui est dit, cela demeure un vrai petit bijou par Sketchbook Games et Modus Games.

Un énorme « Merci » à Modus Games pour la copie du jeu!

Lost Words: Beyond the Page

19.99$
7.9

Graphismes

8.9/10

Trame Sonore

8.6/10

Jouabilité

8.5/10

Scénario

9.5/10

Durée de vie

4.1/10

Pros

  • Très coloré
  • Belle musique
  • La narration est géniale
  • L'histoire est touchante et familière
  • Un concept de jeu de mots génial

Cons

  • Manque de contenu dans certaines zones
  • Gestion des mots un peu délicate par moment
  • Très court
  • Manque de narration française

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *