TEST – Rogue Heroes: Ruins Of Tasos est un mélange de A Link To The Past et Lord of the Rings sur la SNES

Durée de lecture: 5 minutes

Les roguelikes font fureur depuis quelques temps, tout comme les jeux en monde ouvert. Voilà donc qu’on a ici l’amour des jeux SNES qui nous saute aux yeux

Combien de fois, dans ma jeunesse, ai-je espéré retrouver un jeu comme The Legend Of Zelda: A Link To The Past en multijoueur, question de pouvoir vivre les aventures de Link entre amis ou en famille?

Un jour vint The Legend of Zelda: Four Swords, une extension sur The Legend of Zelda: A Link To The Past sur la Gameboy Advance, qui permettait de jouer ensemble sur la GameCube via un link cable. Malheureusement, les restrictions du jeu ont fait que je n’ai pu y jouer puisque ce n’est pas tous mes amis qui avaient une Gameboy Advance.

Voilà maintenant qu’un studio indépendant, Heliocentric Studios, a ravivé ma flamme pour ce genre de jeu en proposant ici un titre que les gens de Team17 ont pris sous leur aile : Rogue Heroes: Ruins Of Tasos.

Une belle imitation des jeux d’antans

Oscar Wilde a dit un jour : « L’imitation est la forme de flatterie la plus sincère! », et je ne pourrais pas être plus d’accord avec lui qu’en ce moment. Le jeu rappelle tellement The Legend Of Zelda dans le temps qu’il était un jeu de type top-down que je pourrais dire qu’il est la représentation de The Legend of Zelda: A Link To The Past au même point que Genshin Impact l’est pour The Legend of Zelda: Breath Of The Wild.

Imaginez la situation brièvement : vous êtes dans un jeu de type top-down dans lequel vous parcourez des donjons seul ou en équipe avec de légers éléments roguelike. C’est ce que propose Rogue Heroes dans son mystérieux petit jeu. Au fait, je parle de « légers éléments roguelike » puisque, malgré son nom, les éléments dans ceux-ci sont relativement simples : des salles de donjons aléatoires, des objets en verre qui brisent lorsque vous mourrez, etc.

De nos jours, la majorité des jeux de type roguelike et roguelite ressemblent beaucoup à Dead Cells, Binding of Isaa ou même Slay the Spire. D’avoir un jeu qui, de par sa formule, se démarque et apporte plaisir et fous rires par moment, c’est un réel délice. Il mélange très bien le style hack and slash et dungeon crawler de Link To The Past et offre la possibilité de jouer en multijoueur un peu comme The Lord of the Rings qui se jouait également sur la console Super Nintendo.

Combiné de graphismes en pixelart, d’une musique sympathique et d’un style 16bits bien ancré, vous serez propulsé dans une quête pour détruire quatre bêtes dans quatre temples disposés aux extrémités de Tasos. Un peu à la méthode metroidvania, vous allez devoir vaincre chaque boss pour obtenir des objets qui vous permettront de progresser vers le prochain, tel le grappin.

Certes, les donjons sont générés de façon procédurale, mais la carte du monde, elle, sera statique et relativement grande. Du côté de l’agencement procédural, je dirais que je suis relativement surpris car les donjons sont bien ficelés et chaque créature, dont celle qui détient la clé pour accéder à la salle du boss, sera parfaitement bien placée.

Un roguelike sans trop de frustrations

Fort heureusement dans un sens, ce roguelike est loin d’être frustrant. Il vous demande clairement de le découvrir et de progresser avec lui. À chaque mort, vous perdez les équipements en verre que vous trouvez mais vous conserverez vos gemmes afin de pouvoir améliorer ville, outils et personnages, sans oublier le fait de pouvoir acheter des objets ou même de changer de classe. Vous pourrez donc, ainsi, ne jamais avoir le sentiment d’avoir perdu du temps ou d’avoir tout perdu.

Cela dit, il va de soi qu’un fan de roguelike qui désire défis, de l’intensité et du challenge risquerait d’être déçu. À l’inverse, ceux qui doivent répéter plusieurs fois un donjon aux pièces changeantes parce qu’ils ne sont pas en mesure de vaincre le boss pourraient se lasser de ce principe.

Définitivement, le plus gros point majeur du jeu est son côté multijoueur. Que vous soyez en ligne ou local, le jeu sera fluide et tellement plaisant! Vous partirez à l’aventure avec vos amis dans les donjons, vous récupérerez des objets et des gemmes et vous pourrez, tous ensemble, faire prospérer et agrandir la ville.

De plus, proposant de multiples classes, des quêtes additionnelles, des jeux, des fournitures à déverrouiller et autres du genre, vous aurez amplement de contenu et de choses à faire dans Rogue Heroes pour de nombreuses heures.

Au final, chaque donjon aura de multiples pièces qui seront généralement faciles à compléter. La plupart ayant des coffres cachés à trouver via des puzzles, vous ne pourrez que vous enrichir amplement. Seuls quelques énigmes, par moment, gêneront votre progression mais, fort heureusement, ceux-ci ne sont pas trop difficiles.

Contrairement à bien des jeux de nos jours qui se disent « coopératif » mais, qu’en bout de ligne, c’est énormément du « chacun pour soi », Rogue Heroes, ici, sera adapté à vos jeux en équipe, vous forçant par moment à communiquer et à travailler ensemble pour passer au travers de ces pièces.

Un énorme « Merci » à Team17 pour la copie du jeu!

Rogue Heroes: Ruins Of Tasos

22.79
7.9

Graphismes

7.8/10

Trame Sonore

7.6/10

Jouabilité

8.2/10

Scénario

7.7/10

Durée de vie

8.4/10

Pour

  • Beaux graphismes
  • Belle ambiance
  • Gestion de la ville
  • Beaucoup de contenu
  • Mode multijoueur

Contre

  • Les graphismes manquent de finesse
  • L'histoire est un peu bâclée
  • Manque de challenge

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *