TEST – Sword of the Necromancer, une histoire d’amour entre voleuse et prêtresse

Durée de lecture: 4 minutes

Vivez l’aventure de Tama qui n’a qu’une seule idée en tête : trouver une façon de ramener sa bien-aimée Koko à la vie

Encore une fois, un studio indépendant nous offre une nouvelle adaptation d’un jeu de type roguelike avec le dungeon crawler Sword of the Necromancer.

Sword of the Necromancer tente, ici, de proposer un enième roguelike qui se voudra à la fois un hack and slash comme les bons vieux jeux de Zelda avec la vue sur le dessus et un jeu de gestion puisque vous ne pourrez, lors de votre périple, que trimbaler quelques objets que vous pouvez utiliser.

Qu’est-ce que Sword of the Necromancer?

Sword of the Necromancer
Superbe introduction de type Anime

Sword of the Necromancer est l’histoire de Tama, une voleuse, qui relate son histoire avec sa bien-aimée Koko, une prêtresse décédée pendant la mission actuelle menant Tama au donjon du nécromancien afin d’y trouver l’épée du nécromancien pour la ramener à la vie. Malheureusement, Tama apprendra bien assez tôt que l’épée à elle seule ne sera pas assez pour redonner vie à Koko.

Votre mission sera donc de parcourir les différents étages du donjon du nécromancien encore et encore pour trouver celui-ci et, ainsi, pouvoir redonner vie à la défunte prêtresse.

Parcours, tue, ressuscite, vie, meurt, répète

Confronté à des donjons créés de façon aléatoire, vous devrez parcourir ceux-ci à maintes et maintes reprises afin de tuer des créatures, les ramener à la vie pour qu’ils combattent à vos côtés, trouver des objets qui vous aideront (ou vous nuiront) et vaincre des boss encore, et encore, et encore. Sur ce point, malheureusement, le scénario est non seulement peu attrayant mais également surutilisé dans bien trop de roguelikes et de roguelites. La seule grande différence ici, c’est le concept de pouvoir ranimer les monstres que vous avez vaincu pour qu’ils combattent à vos côtés.

Sword of the Necromancer

Bien entendu, plus vous progressez et plus les objets pouvant faire partie de votre arsenal seront puissants et avantageux, que ce soit des lances, des hallebardes, des arbalètes, des arcs, des épées, des grimoires ou autres du genre. Ajoutez à cela les créatures qui peuvent se joindre à vous, attaquer à vos côtés et même gagner en niveaux si, bien entendu, ils ne meurent pas avant.

Comme tout bon roguelike, il faut faire attention aux équipements que vous trimballez avec vous car si vous mourrez, vous perdez absolument tout, sauf l’épée du nécromancien, bien entendu!

Autre point très plaisant de ce jeu est la possibilité, une fois que vous avez tué le premier boss du jeu, d’obtenir un objet qui vous permet d’activer le mode Coop du jeu, créant un clone de la protagoniste. Attention, cependant, à ne pas trimbaler l’objet qui créera votre clone si vous n’avez pas une deuxième manette car (du moins, sur la version Switch, je ne pourrais dire pour les autres) cela active la recherche de la deuxième manette et vous ne pourrez annuler celle-ci à moins de quitter complètement le jeu!

Sword of the Necromancer

Là où la nature du concept devient décevant, malheureusement, est la vitesse d’action. La plupart des jeux de ce genre sont rapides et intuitifs. Sword of the Necromancer, quant à lui, est très lent et laisse peu de place à l’impulsion. Vous assenez trois coups et devez patienter une à deux secondes avant de pouvoir faire une esquive ou frapper à nouveau, les ennemis figent une à deux secondes avant d’effectuer leur action d’attaque, etc.

Bien que la trame sonore soit plaisante et que la narration soit, quant à elle, excellente, le jeu présente beaucoup de lacunes dans la qualité graphique, même pour du rétro pixel art, et dans son concept vide de contenu et d’action. Certaines créatures ont des « sprites » très fades, ne nous donnant malheureusement pas l’impression qu’ils soient dangereux, même pour les boss.

Sword of the Necromancer

Petit point plaisant, il s’agit d’un des premiers jeux que je vois qui utilise des codes IR pour générer des objets en jeu. D’ailleurs, il me fera plaisir de vous remettre quelques objets ou quelques créatures si vous m’en faites la demande via Facebook!

Au final…

Le jeu Sword of the Necromancer est un jeu sympathique et divertissant, surtout quand on le joue à deux. C’est un bon dungeon crawler de type roguelike qui a essayé de se démarquer en utilisant le concept de résurrection des créatures à notre avantage. Malheureusement, le concept de « pouvoir se batte au côté de monstres » n’est pas un concept inconnu et le fait de n’avoir comme action que les quatre touches d’objets/magies/créatures ainsi que l’esquive rend le jeu un peu fade.

Si le jeu avait été sorti il y a deux ou trois ans, quand les roguelikes et les roguelites n’étaient pas encore « à la mode », ça aurait pu être un jeu intéressant. Malheureusement, ici, ça sent la désuétude et les objectifs du jeu ne sont pas atteints.

Un énorme « MERCI » à Grimorio of Games pour la copie du jeu!

Sword of the Necromancer

19.99$
6.9

Graphismes

6.7/10

Trame Sonore

7.2/10

Jouabilité

6.3/10

Scénario

6.8/10

Durée de vie

7.4/10

Pour

  • Bonne histoire
  • Bonne trame sonore
  • Excellente narration
  • Utilisation des codes IR

Contre

  • Jeu trop lent
  • Manque d'originalité
  • Manque d'intuitivité
  • Certains sprites sont médiocres

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *