TEST – The Medium, ce jeu d’horreur qui rappelle Silent Hill

Durée de lecture: 4 minutes

The Medium est un jeu d’horreur psychologique de Bloober Team qui vous rappellera clairement les bons vieux Silent Hill

Bloober Team, le studio polonais derrière les jeux comme Layers of Fear, Observer et Blair Witch, a décidé de se lancer dans la conception d’un tout nouveau jeu d’horreur psychologique nous rappelant très facilement la série de jeux Silent Hill de Konami et, vous savez quoi? Konami devrait prendre des notes!

WOW! WOW! WOW! Que dire de plus que le mot « WOW » pour le très surprenant jeu The Medium, par Bloober Team. D’abord annoncé lors d’un Inside XBox, le jeu a énormément attiré l’attention sur son côté obscure, lourd et intrigant.

Et bien force est d’admettre que les gens de Bloober Team ont définitivement livré la marchandise!

Qu’est-ce que The Medium?

À prime abord, le jeu The Medium est un jeu de type horreur psychologique dans lequel vous incarnez Marianne, une jeune femme ayant un étrange pouvoir, celui de médium, pouvant non seulement communiquer avec les morts mais également transposer son corps dans le monde parallèle des morts, un monde lugubre dépourvu de quelconque forme de vie.

Ayant été abandonnée à son jeune âge suite à son pouvoir, Marianne se retrouvera dans un orphelinat et, par la suite, sera adoptée par Jack, un propriétaire de salon funéraire. À la suite du décès de celui-ci, un étranger du nom de Thomas tentera d’entrer en contact avec elle, sachant les pouvoirs qu’elle possède, lui demandera de se rendre à Niwa, un lieu de vacances.

Quelle ne fut pas la surprise pour Marianne de se retrouver en Pologne, vers les années 1980 à en juger par les objets que l’on trouve dans le jeu, devant un gigantesque hôtel de type « resort » condamné et laissé à l’abandon depuis plusieurs années. C’est à cet endroit que, grâce à sa possibilité de communiquer avec l’au-delà et de se transposer dans la réalité et le monde des morts, qu’elle devra résoudre les énigmes qui entourent ce dangereux lieu empli de haine, de rancœur et de rage.

Pourquoi le comparer à Silent Hill?

Commençons par la base : ceux qui ne connaissent pas Silent Hill n’ont malheureusement pas eu la chance de connaitre une série culte du jeu d’horreur. Un autre monde dégoûtant, sombre et sanglant où pénombre et brouillard se mêlent à l’ambiance sous la trame musicale de nul autre qu’Akira Yamaoka, LE compositeur derrière les Silent Hill.

Ajoutez à cela un jeu avec une gestion de type « caméra statique » dans chaque pièce qui suit la protagoniste selon des angles bien précis pour dévoiler (ou cacher) certaines choses très importantes (ou très effrayantes) avec des puzzles à résoudre, des énigmes à trouver et des horreurs qui nous tueront au moindre touché!

Mais quel est le concept derrière tout ça?

Ayant la capacité de pouvoir se mouvoir dans la réalité et dans le monde des morts, Marianne pourra résoudre certaines énigmes sous différents angles de vue grâce à ces interactions. Dans le monde des vivants, un escalier pourrait s’être effondré mais, dans le monde des morts, la structure soit toujours existante. Alors pourquoi ne pas aller y jeter un oeil dans ce monde? Mais, attention! Ne partez pas trop longtemps loin de votre corps car votre esprit pourrait disparaître!

Ajoutez à cela la possibilité de se mouvoir dans les deux mondes de façon simultanée! Vous pourriez être devant une barrière invisible dans la réalité mais qu’en fait il s’agisse d’une membrane dans le monde des damnés qui ne bloque le chemin jusqu’à ce que vous en ayez coupé celle-ci.

Mais quelle Tristesse…

Bien que le jeu de mot soit voulu, vous y rencontrerez effectivement une jeune fille décédée mais qui n’est toujours pas trépassée, Tristesse, qui tentera de vous guider dans l’hôtel afin de vous faire « voir des choses ». Par contre, plus vous progresserez et, bien entendu, plus vous en apprendrez plus sur ce qui s’est passé là-bas et… à celle-ci. Après tout, comme le dirait si bien Marianne, « Tout a commencé avec une jeune fille! ».

Tristesse

Vous entendrez et verrez des choses effrayantes, dégoûtantes, émotionnellement dérangeantes et ferez, du même coup, preuve de satisfaction au fur-et-à-mesure que vous progressez car tout se dévoile devant vous petit à petit de façon quasi-constante.

La noirceur dans nos esprits

Bloober Team a excellé avec les jeux comme Observer, Layers of Fear et Blair Witch et ce n’est pas pour rien. Ce studio est passé maître dans l’art de vous faire peur pas juste physiquement mais également de venir graver ces informations mentalement dans votre esprit. Les voix, les démarches, l’ambiance, les sons de murmures effrayés, l’excellente narration… en bref, tout y est!

Le seul point négatif que je peux donner au jeu est le léger manque d’expression facial lorsque Marianne parle ou, c’est un peu stupide, le fait que lorsque Marianne se regarde dans un miroir, sa tête et ses yeux ne suivent pas le déplacement de votre pointeur et l’inclinaison de la caméra par la même occasion.

Définitivement, Bloober Team a fait un solide « hommage » à Silent Hill, ou un pied de nez à Konami… à vous de voir! Ce jeu mets déjà la barre très haute à quiconque a envie de se lancer dans les jeux d’horreur psychologique cette année et démontre également le superbe potentiel de la XBox Series X avec les superbes visuels, les jeux de lumière et d’ombre et les vitesses de chargement.

Superbes jeux de lumière et d’ombre près de la piscine désaffectée

Le jeu arrive sur PC et sur la XBox Series S|X le 28 janvier via le XBox Game Pass alors… fans de jeux d’horreur et, surtout, fans de Silent Hill, c’est LE jeu idéal à jouer dans les prochains soirs à venir, callé dans votre sofa, les lumières fermées!

Un énorme « MERCI » à Bloober Team pour la copie du jeu!

The Medium

66.99$
9.4

Graphismes

9.5/10

Trame Sonore

9.6/10

Jouabilité

9.2/10

Scénario

9.4/10

Durée de vie

9.3/10

Pour

  • Visuellement très intense
  • Quelle trame sonore!!!
  • Les puzzles sont excellents
  • L'histoire est entraînante
  • La narration est géniale

Contre

  • Quelques petits glitchs graphiques
  • Léger manque d'expression faciale

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *