TEST – Xenoblade Chronicles 3 est un chef d’oeuvre!

Durée de lecture: 7 minutes

Ça y est, vous vous dites que ça ne sert à rien de lire l’article car tout est dans le titre mais non, prenez le temps de lire et vous comprendrez pourquoi!

Dans le tout nouveau jeu Xenoblade Chronicles 3, qui très attendu par les fans de la franchise de Monolith Soft, vous allez vivre les aventures de Noah et ses amis, de la nation Keves, ainsi que Mio et ses amis, de la nation Agnus. Ces deux nations, en perpétuel affrontement, se doivent de s’entretuer afin de réussir à vivre, d’où le principe de vivre pour combattre et combattre pour vivre.

S’il y a quelque chose que nous devons reconnaître, c’est que la console Nintendo Switch possède un très grand catalogue de jeux vidéo et, surtout, des jeux de rôles japonais (ou jRPG pour les intimes). Le plus plaisant dans tout ça? C’est que tu n’as même pas besoin d’attendre d’être à la maison pour y jouer ou de gaspiller la bande-passante du réseau au travail ou du réseau de ton téléphone intelligent pour y jouer en streaming.

Cela dit, je ne suis pas ici en ce moment pour vanter les mérites de la Nintendo Switch, quoique ses avantages m’ont aidé à progresser énormément sur les gros jeux que je devais testé ces dernières semaines. Non, aujourd’hui je suis là pour vous parler du troisième titre du volet Xenoblade Chronicles de la franchise Xeno qui, je le répète malgré le titre, est un pur chef d’oeuvre.

Une histoire époustouflante, mélancolique et beaucoup plus sérieuse

Comme mentionné dans mon aperçu du jeu, l’histoire de Xenoblade Chronicles 3 est beaucoup plus intense que ce que nous a déjà livré Monolith Soft dans les précédents titres. Oubliez le principe du “pouvoir de l’amitié” comme le disait si bien Rex, le protagoniste de Xenoblade Chronicles 2. Ici, on vous amène directement en pleine guerre entre les factions de Reves et d’Agnus où les morts s’empilent les uns sur les autres. La raison de cette guerre sans fin? Ces deux grandes factions doivent s’entretuer afin d’obtenir l’énergie vitale de leurs victimes pour remplir les cadrans vitaux. Ces cadrans permettent aux soldats des factions de pouvoir continuer de vivre et, qui sait, peut-être réussir à atteindre le cycle vénérable de 10 ans, après quoi une cérémonie est effectuée en leur honneur pour leur permettre de passer dans l’au-delà.

Oui, vous avez très bien compris! Ces êtres, nés dans des incubateurs, ne vivent pas plus que 10 ans et ça, bien entendu, c’est s’ils s’y rendent! Ils sont donc formés à une seule chose : devenir des soldats et éliminer la faction adverse le plus possible avant de mourir. Comme si ce n’était pas assez, le leader de votre escouade, Noah, est un passeur d’âmes qui, malgré cette guerre incessante, a comme lourde tâche de permettre aux âmes de soldats tombés au combat de pouvoir retrouver la paix dans l’au-delà grâce à sa flute. Le tout, placé dans un univers coloré au style anime marqué par une spectaculaire bande-son, un voice acting hors pair et muni d’une intrigue extrêmement bien élaborée, complexe et, ma foi, pleine de rebondissements, c’est de loin le meilleur des quatre titres du volet!

Aionios, un vaste endroit composé de paysages immenses et de faunes diversifiées

Le monde d’Aionios ressemble énormément à ce que nous pouvions avoir vu dans les précédents jeux, soit des zones gigantesques où les différents climats se reflètent tout aussi bien dans sa végétation que les différentes créatures qui y rôdent. Plus vous progresserez dans l’aventure et plus vous serez appelé à apprendre de nouvelles capacités comme de grimper des falaises escarpées, vous déplacer sur des terrains accidentés ou même d’utiliser de vieux équipements abandonnés pour vous déplacer plus rapidement entre les différents niveaux de chaques zones.

À noter que tout contact avec la faune locale agressive ou même des soldats ennemis enclanchera un combat à l’endroit où vous êtes situé et ce, sans temps de chargement ou quoi que ce soit.

Au fait, comparativement à tous les autres Xenoblade Chronicles, il n’y a pas vraiment de redondances dans les quêtes secondaires, ce qui signifie que si vous en obtenez une, elle vaudra forcément la peine d’être complétée et, en bout de ligne, vous n’aurez pas l’impression d’avoir passé votre temps à chasser telle ou telle créature, amasser telle ou telle ressource, voyager du point A au point B pour finalement compléter la quête au point A après avoir uniquement parlé à un individu, etc. Vous allez amasser des ressources, dont certaines sont nécessaires pour des quêtes additionnelles, mais vous pourrez les soumettre sans même devoir vous diriger à l’endroit où se situe le PNJ en question. Vous obtiendrez, ainsi, de l’expérience, des points de réputation de faction ainsi que, par moment, des accessoires à équiper.

Un combat en temps réel rappelant Final Fantasy VII Remake

Pour ceux qui n’ont jamais joué à Final Fantasy VII Remake, voici la légère ressemblance entre les deux jeux : le système de combat se déroule en temps réel où chaque personnage, que vous pouvez choisir de contrôler via une combinaison de boutons, effectue des frappes automatiques. Pendant ces frappes, vous avez des arts qui accumulent une jauge d’action qui, une fois remplie, vous permettra de l’utiliser. Une fois utilisée, la jauge retombera à zéro et recommencera à s’accumuler avec chaque coup effectué. Il faudra faire attention, cependant, car certains arts requierent que vous soyiez derrière ou sur le flanc de votre ennemi pour infliger un maximum de dégâts ou même certains malus.

Là où le tout deviendra très différent, par la suite, est le fait que vous avez la possibilité d’hébéter, de faire tomber ou même de catapulter dans les airs vos assaillants, vous permettant ainsi d’effectuer plus de dommages sans avoir à craindre d’être frappé en retour. De plus, vous aurez aussi des techniques additionnelles que vous pourrez combiner à vos compétences de base, permettant d’infliger plus de dégâts. Finalement, vous aurez aussi une compétence ultime qui pourra être utilisée de façon moins fréquente mais qui sera très avantageuse.

Une fois ce style de combat maîtrisé, vous apprendrez également l’utilisation des Ouroboros, cette fusion entre deux membres de votre équipe grâce à l’Interlien, qui vous transformera en une puissante créature l’espace de quelques instants et, le dernier de tous, les enchaînements qui vous permettront d’effectuer des combos surpuissants en combinant l’attaque de plusieurs de vos membres de façon successive, infligeant par moment plusieurs centaines de milliers de dégâts.

Vos personnages pourront également évoluer selon différentes classes qui se situent dans trois catégories distinctes : les attaquants, les protecteurs et les soigneurs. Au départ, vous débuterez avec six classes et, tout au long de votre périple, vous rencontrerez des héros qui vous enseigneront leur classe personnelle, vous permettant ainsi de maîtriser plus d’une vingtaine d’entre elles.

Comme vous pouvez l’imaginer, j’essaie de ne pas trop dévoiler de détails mais, chose sûre, les aventures de Noah, Lanz, Eunie, Mio, Taion et Sena, aux personnalités hétéroclites, seront totalement bouleversées et chamboulées par un très grand événement qui viendra changer totalement leur perception de la vie sous toutes ses coutures ainsi que les principes mêmes de leurs existances. Le genre d’histoire qui vous fera également réfléchir sur votre vie également ainsi que de tout ce qui vous entoure, j’en suis presque sure!

Pour conclure le tout

Xenoblade Chronicles 2 était très bien mais n’était pas meilleur que le tout premier, celui qui a été remastérisé sur la Nintendo Switch, et m’avait tiré un solide 9 sur 10 pour son style malgré l’absence de gestion de classes et les quelques dialogues un peu louches. Force est d’admettre que le studio a appris des commentaires des joueurs et la seule et unique chose que je peux lui repprocher, c’est que dans certaines séquences d’animation, les protagonistes portent leurs vêtements et armes de départ plutôt que ceux de la classe qu’ils incarnent au moment de la cinématique, rendant parfois le tout légèrement confus mais… vous savez quoi? Le jeu est tellement excellent que je ne peux faire autrement que de lui octroyer la note parfaite, devenant ainsi le quatrième jeu à obtenir cette note dans mes années de chroniqueur, le dernier ayant été Ghost of Tsushima.

Un énorme “MERCI” à Nintendo pour la copie du jeu!

Nom du jeuXenoblade Chronicles 3
Date de sortie29 juillet 2022
DéveloppeurMonolith Soft
SérieXeno
ÉditeurNintendo
Plates-formesNintendo Switch
GenreJeu Action-RPG, Jeu de rôle, Jeu d’aventure
Mode de jeuSolo
LangueMultilingue (français inclus)
おくられる命 – A Life Sent On – Xenoblade Chronicles 3

Xenoblade Chronicles 3

79.99$
10

Graphismes

9.9/10

Trame Sonore

10.1/10

Jouabilité

10.0/10

Scénario

10.0/10

Durée de vie

10.0/10

Pour

  • Graphismes sublimes
  • Bande-son absolument géniale
  • Une histoire à couper le souffle
  • Des personnages hétéroclites attachants
  • Un système de combat et de classes bien conçu

Contre

  • Les tenues dans les cinématiques par moment

Le Bêta-Testeur

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

2 avis sur “TEST – Xenoblade Chronicles 3 est un chef d’oeuvre!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *